Author: Anna

Parcours Atlantique

Parcours Atlantique

ITINERAIRE DU PETIT BATEAU ROUGE

Départ Juin 2018 – Pointe à Pitre, Guadeloupe 

  • Dominique
  • Martnique
  • St Vincent
  • Les Grenadines
  • Grenade
  • Los Roques
  • Los Aves
  • Iles ABC
  • Panama

Passage du Canal de Panama Janvier 2019

Par Ici pour voir la carte interactive !

Mode d’emploi : Canal de Panama

Mode d’emploi : Canal de Panama

LE MYSTERE DES FORMALITES DU CANAL DE PANAMA !

Petit article à l’usage des futurs voiliers à l’assaut du Canal de Panama d’après notre expérience en janvier 2019.

Pour les navigateurs le passage du Canal de Panama est un moment important, synonyme de changement d’océan, de perspective de nouveaux horizons. Beaucoup de mystères, d’informations erronées où vieillottes circulent, alors on va essayer avec notre expérience de vous partager quelques infos qui on espère vous aideront.

LA première question est, avec agent ou sans ? La réponse est sans, sans aucune hésitation ! A part si vous êtes très très pressés et encore il ne pourra pas toujours faire des miracles durant la haute saison (commence aux environs du 20 janvier). Les démarches sont très simples, il vous suffit de télécharger le document PDF 4405-I sur le site du canal, le remplir et le renvoyer à l’adresse suivante OPTC-ARA@pancanal.com. Le lendemain contactez l’office de mesures/inspections au 507-4432298 pour fixer avec eux une date. Je vous conseille de rappeler le matin du rendez-vous, entre 7h et 7h30 juste pour confirmer et leur rappeler que vous êtes bien là.

A partir de là, vous n’avez pas d’autre choix (agent ou pas) que d’être dans les alentours de Colon pour être mesuré et inspecté. Deux solutions s’offre à vous, l’une est d’aller à la marina de Shelter Bay qui se fera un plaisir de vous décharger de quelques dizaines de dollars, (pour un bateau de 33 pieds c’est 42$…). L’autre option est de mouiller au flat, pour info depuis quelques mois (janvier 2019) il a été déplacé de l’autre côté de Colon, juste à côté de Shelter Bay Marina. Le mouillage peut être assez inconfortable entre la houle et le vent, alors ne prévoyez pas d’y rester trop longtemps.

Une fois l’inspecteur venu sur votre bateau, c’est le moment de passer à la caisse, bling bling bling de vos poches à celles du canal ! Le paiement se fait à la City Bank de Colon, qui est, comme son nom ne l’indique pas… juste une banque de dépôt, mais vous trouverez un distributeur juste à deux pas dans cette zone sécurisée. On peut aussi payer par virement, mais il peut y avoir de sacré frais !

Une fois le paiement effectué, il suffit d’appeler le Canal au +507 272-4202 pour fixer avec eux la date de votre passage. A ce moment-là, je pense que la meilleure solution pour attendre est le mouillage de Portobello, ou ceux plus sauvages du Rio Chagres ou Islas Naranjo.

La dernière étape pour être fin prêt est de trouver les pneus et les amarres. Nous, on a choisi de prendre des pneus dans un garage de Portobello et de faire appel à l’agent Stanley, joignable sur whatsapp au +507 6523-3991, pour la location des amarres (80$).

 

Infos sur la marina de Shelter Bay

  • Du lundi au dimanche la marina propose un service de navette qui dessert les centres commerciaux de Quatro Altos et Millenium Plaza, ainsi que le terminal de bus de Colon et la City Bank. Elle est gratuite pour les clients de la marina et payante pour les personnes extérieures. Les prix ont l’air de varier régulièrement, se renseigner à l’accueil. La navette retour se prend à Quatro Altos (Taxi City Bank – Quatro Altos 5min 2 $).
  • Il est possible de laisser son dinguy au ponton de la marina pour 8$.

 

Dir Na Dor au Panama

Dir Na Dor au Panama

Après quelques semaines de travail sur le régulateur à Linton Bay, c’est avec grand plaisir que nous retrouvons les eaux turquoise et le soleil des San Blas. La dernière fois on était passés en coup de vent sans vraiment profiter, entre la fatigue, la pluie, et l’obligation d’aller sur le continent pour faire les papiers d’entrée.

Cette fois-ci, on a un bon mois devant nous pour explorer la partie nord de l’archipel des San Blas. Un petit aperçu seulement car le Comarca de Kuna Yala s’étire sur plus de 240km entre la frontière colombienne et autour de Porvenir.

Robinsonnade au Kuna Yala


Ici le temps s’arrête, pas d’internet, des ilots très peu ou pas habités, des mouillages calmes et tranquilles, des petits déjeuners avec vue sur les cocotiers, des tentatives de chasse sous-marine plus ou moins fructueuses, un peu de yoga au coucher du soleil, des dauphins qui viennent nous saluer… Voilà une idée de notre quotidien à bord du petit bateau rouge dans les San Blas. On en profite pour recharger les batteries avant le mois de janvier qui s’annonce bien chargé.

Bon ce qu’on ne dit pas c’est qu’on est tombé plusieurs fois nez à nez avec des requins dormeurs, normalement inoffensifs hein, mais quand même la première fois on ne fait pas les fiers, ni la deuxième d’ailleurs ! On peut aussi apercevoir des crocodiles, des scorpions ou des boas constrictors, bref tous pleins d’animaux très très sympas qu’on préfère ne pas trop souvent croisés.

Puis il y a ce qu’on ne montre pas sur les photos, nos déchets plastiques qui jonchent par centaines les plages de sable blanc, qui flottent au grès des vents parfois jusque dans notre hélice, qui étouffent les poissons et les tortues…

Et puis vient le temps de repartir ! Notre escale aurait pu être plus longue, je regrette qu’on n’ait pas eu l’occasion de réellement découvrir la population, les îles villages traditionnels mais on aura passé de beaux moments dans cet archipel de carte postale, riche en rencontres et en découvertes.

PARLONS PEU PARLONS PANNE

Depuis plusieurs mois on se bat avec l’ordinateur de Lucas, le seul qui nous permet de monter nos vidéos, et bien là… je pense que c’est définitivement la fin, il a rendu l’âme. Alors en attendant de trouver un super réparateur-magicien, ou une solution moins économique avec l’achat d’un nouveau, pour le moment plus de vidéos…

 

OCEAN PACIFIQUE, NOUS VOILA !

Sinon, au retour des San Blas on s’est attaqués à la partie la moins sympa du bateau, la mise à terre pour le carénage. Ponçage, grattage, peinture, bricolage, doutes et réflexions ont été nos acolytes durant cette semaine intense.

Puis une fois remis à l’eau, le marathon s’est poursuivi avec les papiers administratifs pour le passage du Canal, les petites choses à régler notamment un petit coupe-coupe des cojones pour Dune, la navigation jusqu’à Colon (ville d’entrée du canal côté Caraïbe), l’inspection du bateau, l’aventure pour aller faire le paiement, puis l’appel décisif pour avoir notre date de passage (roulements de tambours !) ce sera le 26 janvier !

En attendant notre rendez-vous avec le Pacifique, on s’active pour les derniers préparatifs ; trouver des handliners (il faut être quatre personnes en plus du capitaine pour s’occuper des amarres lors du passage des écluses), l’approvisionnement, les bricolages qui ne manquent jamais, la réception des colis (ça va être Noël !)… Bref vous l’aurez compris ce mois de janvier est bien chargé, fini de siroter des ti punch les doigts de pieds en éventail, enfin ça depend pour qui… !

Carnet d’escale – Los Roques & les Aves

Carnet d’escale – Los Roques & les Aves

Un petit bonjour des îles ABC !
Un mois de farniente absolu dans les eaux turquoise des archipels Vénézuéliens des Roques et des Aves, à nager avec les poissons multicolores et à se prélasser sur le sable blanc et chaud, voilà ce qui a empêché une mise à jour plus récente du site internet et des vidéos. Maintenant de retour en terre connectée nous allons remédier à cette absence de nouvelles et se remettre un peu au boulot. D’ailleurs la vidéo des Grenadines est en ligne sur 
youtube !

LOS ROQUES & LOS AVES
On avait à peu près tout entendu sur cet archipel, risque de pirateries en navigation, d’agressions, de vol au mouillage… Et bien si on s’était arrêtés à c’est « on dit », nous serions passés à côté d’une très belle escale. Parce que Les Roques c’est ça :



Comme sur ces photos, c’est en prenant de la hauteur sur la colline de Gran Roque (l’île principale) ou en montant au mat que l’on a pu admirer véritablement la beauté de cet archipel. Vu d’en haut, les bleus, les verts, les jaunes révèlent leur diversité et leur intensité c’est une véritable palette qui s’offre à nos yeux charmés.
A la tombée du jour, de nouvelles nuances éclairent la mer et le ciel. Le blanc du sable et les bleus du lagon laissent place à une véritable explosion de couleurs ; du rose, du rouge, du violet, du orange et parfois même un clin d’œil du fameux rayon vert.
Au-delà de ce spectacle chromatique magnifique, la vie aux Roques est faite de rencontres et de découvertes, c’est une plongée au cœur d’une nature préservée. L’archipel est classée réserve naturelle et un nombre considérable d'oiseaux viennent ici, nicher, pêcher, se reproduire… On croise ainsi des fous bruns à pattes jaunes ou rouge, des sternes, des pélicans, des mouettes, des hirondelles... La vie marine n’est pas en reste ! Dans une eau cristalline une multitude de poissons colorés ondulent au creux des rochers de la barrière de corail. Petit à petit grâce aux connaissances des bateaux-amis Edenchris II et Arzig on apprend à les reconnaitre.
Aux Roques comme aux Aves, la vie est douce et s’écoule au rythme du soleil, il y a peu de choses à faire c’est vrai, les paysages peuvent sembler répétitif (plage, lagon, récif, mangrove…), mais il suffit de changer d’angle pour en saisir toute la beauté. Prendre le temps de contempler ce qui nous entoure, vivre dans le présent, ouvrir ses cinq sens.
Le temps file, un mois passé dans ces archipels Vénézuélien, nous les quittons à reculons, mais nous commençons à manquer de vivres, et l’évocation d’une bonne salade de crudités nous mets l’eau à la bouche, il est temps de rejoindre les îles ABC.




OH JOIE LA CIVILISATION…
Passé les premiers plaisirs d’une arrivée sur ces îles européanisées (fruits et légumes frais, gâteaux…), quelques déboires administratifs avec les douanes nous font déjà regretter la quiétude et la simplicité des Roques. Qu’à cela ne tienne, l’île de Curaçao est une escale technique et nous n’avons pas l’intention de nous y attarder. Next stop : Aruba !



Lucas, Anna & Dune

Où sommes nous ?

Newsletter

Rechercher